Aux Etats-Unis, deux personnes sont tuées chaque jour par la police

Selon une enquête du «Washington Post», au moins 385 personnes ont été abattues depuis le début de l’année par les forces de l’ordre. Les deux tiers des victimes non armées sont noires ou hispaniques.
Rapports de police, interviews, articles des journaux locaux… Le Washington Post a publié ce week-end une vaste enquête sur les fusillades qui ont éclaté aux Etats Unis en 2015 entre la police et les citoyens. Conclusion : la police américaine a tué au moins 385 personnes depuis le mois de janvier soit, en moyenne, plus de deux personnes par jour.

Ce chiffre est bien plus élevé que celui fourni par les données fédérales officielles puisque les 18 000 agences de police d’Etats ou locales ne sont pas tenues de publier les statistiques sur ce type d’homicides. «Ces homicides sont largement sous évalués», affirme au journal Jim Bueermann, ancien chef de police aujourd’hui à la tête d’une ONG qui cherche à améliorer l’application des lois. «Nous ne réduirons pas le nombre d’homicides par la police si nous ne commençons pas par collecter correctement ces informations.»

C’est donc ce qu’a fait le Washington Post en épluchant tous les détails concernant les victimes, âgées de 16 à 83 ans, abattues par la police : étaient-elles armées ou non ? Dans quelles circonstances sont-elles décédées et quelles sont leurs origines ?

NOIRS, PAUVRES ET MALADES MENTAUX, BIEN PLUS VICTIMES DES TIRS DE POLICIERS
Conclusion : selon le journal, la moitié des victimes de tirs policiers en 2015 sont des Blancs et l’autre moitié est issue des diverses minorités du pays. Parmi les victimes non armées abattues par la police, les deux tiers sont des Noirs ou des Hispaniques. La plupart des victimes sont pauvres, souvent connues des services de police pour des faits mineurs et souffrent souvent de problèmes psychologiques. Dans la moitié des cas, la police est intervenue pour répondre à un appel d’urgence : un SDF instable, un jeune qui tente de se suicider ou un ami menacé de violences. Près d’un quart des personnes tuées souffraient d’une maladie mentale.

Avec Libaration.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus