L’insalubrité à Conakry: une situation inquiétante en ce début de grandes pluies

L’insalubrité est en train de prendre des proportions inquiétantes dans la capitale guinéenne. En ce début de grandes pluies, les marchés et les voies publiques sont truffés des ordures. La gestion des déchets à Conakry laisse à désirer.

Autrefois considérée comme étant la perle de l’Afrique de l’ouest, la capitale Conakry devient, de nos jours, l’une des villes la plus malpropre du continent. Des dépotoirs d’ordures crèvent l’œil et offrent des odeurs nauséabondes dans la plupart des marchés de la capitale guinéenne. De milliers des femmes sont exposées aux maladies hydrides. Une réalité qui traduit un dysfonctionnement dans la gestion des déchets.

Pilotée par le ministère de l’administration et du territoire et cordonnée par le gouvernorat, la gestion des déchets relève des collectivités locales (les communes).

Au niveau des services d’assainissement et d’hygiène publique dans les collectivités locales, on dénonce le mépris du ministère de l’administration et du gouvernorat dans l’assainissement de la ville de Conakry.

«Nous sommes partiellement exclus de l’assainissement depuis fort longtemps. Le service de transfert de déchets publics en fait comme une affaire personnelle. Nous nous sentons minimisés et moyennement consultés dans la programmation de l’assainissement », a regretté un responsable du service hygiène de la mairie de Ratoma.

Du berger à la bergère, le gouvernorat de la ville de Conakry charge à son tour les cadres du ministère de l’administration dans le dysfonctionnement de la gestion des déchets.

Requérant l’anonymat, un cadre rencontré dans les couloirs du gouvernorat de Conakry a dénoncé ce qu’il appelle l’immixtion du ministère de l’administration dans la gestion des ordures.

«L’on se souvient, l’année dernière l’ancien ministre de l’administration, Alhassane Condé, avait pris une décision d’organiser la campagne d’assainissement. C’est le ministère qui carburait les camions de ramassage d’ordures du service de transfert des déchets publics(SPTD). Et c’est les cadres du département encore qui faisaient le suivi et évaluation .Je pense que, c’est un problème qui concerne directement les collectivités à la base. Mais, nous enregistrons souvent en Guinée de conflit d’intérêt et de compétence. J’espère que le ministère va revenir à des meilleurs sentiment pour le bien être des citoyens », dénonce-t-il.

Au ministère de l’administration et du territoire, tous les cadres trouvés sur place ont fait profil bas à nos questions.

Ce qui est évident, le Service Public de Transfert des Déchets (SPTD), chargé du transfert des déchets pour la carrière, fonctionne au ralenti avec des camions vétustes et sans équipements.

Selon nos informations, plus de 35 milliards GNF ont été sollicités l’année dernière par le gouvernorat pour rendre propre la capitale guinéenne, qui reste toujours insalubre. Des observateurs y voient clairement le début de conflit d’intérêt entre le gouvernorat et le ministère de l’administration dans le partage de ce montant.

Abdoul Matlaby Baldé depuis zoneafrique

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus