Guinée: Ousmane Gaoual Diallo, de petit dépravé à député

 

« On devient Président à vingt (20) ans » avait dit François Mitterrand ! Voici la vraie image de celui qui revendique le suffrage du peuple et « l’honorabilité » !
Très malheureusement, par les vicissitudes de notre histoire commune récente et le manichéisme politique qui la caractérise, des individus au passé sombre comme celui-là, peuvent se trouver, où, se « Mec se trouve aujourd’hui ». De petit dépravé, le voici par le truchement de l’ethno-stratégie, investit des fonctions les plus respectables de notre République. Des lieux, où, il n’aurait jamais dû se trouver. L’UFDG qui a bénéficié de l’une des plus grandes transhumances politiques de l’histoire contemporaine mondiale, a certes aussi, été prise de court par cette inadvertance qui l’a conduite à auréoler ce lugubre individu du titre de député.
Ousmane Gaoual Diallo, comme il s’agit de lui, qui s’attaque violemment à tout son environnement, tant dans son propre camp que dans nos rangs (mouvance Présidentielle) avec des excès et débordements qui n’épargnent ni diplomates encore moins les religieux qui constituent d’ailleurs, les derniers remparts en matière de conciliation ou réconciliation entre frères dans un contexte socio politique aussi délétère comme le notre.
Cette photo doit permettre à chacun de nous prochainement, de ne plus ni le répondre encore moins accorder le moindre crédit à ce qu’il dit. Mais ce que personnellement je recommande, à défaut de le soumettre à examen psychiatrique, il serait extrêmement important, pour le respect des lois de notre république, que cet égaré, réponde des actes de délinquance avérés commis par la violation flagrante du code pénal en ses articles 231 et suivants.
La quiétude sociale en dépend ! Sinon ce serait à vrai dire, la porte ouverte sur l’anarchie ! Que Dieu nous en épargne !
Bonne journée !

Souleymane Doumbaya

Tel de www.actuconakry.com : (+224) 622 56 56 67

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus