Ebola: L’heure est très grave de nouveau

 

L’heure est grave, très grave en Guinée. De 34 malades dans tous les centres de traitement Ebola à l’échelle nationale, le pays en compte désormais, à date 91.

Au nombre de ces 91 hospitalisations, on compte 61 cas confirmés et 30 cas suspects. La préfecture de Coyah est toujours le principal pôle d’inquiétude, le verrou quasi impossible à faire sauter en vue d’un assaut final.

Sur les 61 cas confirmés dans tout le pays, Coyah en compte plus de la moitié, soit 35 cas, la zone de Conakry suit avec 20 cas dans les deux centres qu’elle abrite. C’est Kindia qui complète le compte avec à date 6 cas.

Les autres préfectures notamment de la région forestière (Guéckédou, Macenta et Nzérékoré), ne comptent pas à ce jour le moindre cas confirmé.

Sur les 91 cas d’hospitalisation, là-aussi, ce sont encore Coyah et Conakry qui se taillent la part du lion, avec 62 cas à eux deux, soit respectivement 39 pour Coyah et 23 pour Conakry. Suit Forécariah avec 13 cas, puis Siguiri 8 cas, ça c’est la plus grande mauvaise nouvelle de cette semaine, pour une zone minière à forte densité humaine.

Sur place, on dénombre déjà un décès communautaire positif. Un corps transporté de Forécariah à Siguiri. A préciser qu’il s’agit pour l’instant de 8 suspects qui sont en attente de leurs résultats.

Derniers détails importants : Ces derniers jours, 16 décès communautaires ont été enregistrés dans tout le pays, il y eût deux cas d’enterrements non sécurisés. Enfin, un décès confirmé, notifié mercredi, celui d’un médecin du service ORL de l’hôpital Ignace Deen, au CTS de Conakry.

Lire le PDF ici GUINEA_EBOLA_SITREP N 336 DU 17_MARS_2015

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus