Carburant : Labé, le litre se négocie entre 13 et 15000fg

Depuis l’annonce de la baisse du prix du carburant à la pompe, la nécessaire denrée s’est raréfiée sans crier gare à Labé et le litre a pris le sens contraire des accords et se vend dans l’intervalle 13000 15000fg constate sur place actuconakry.com

Cette crise de carburant intervient juste après l’annonce du gouvernement de la diminution de 1000fg sur le prix habituel à la pompe. Depuis le carburant se fait rare. Le marché noir reste la seule source d’approvisionnement des citoyens.

Une situation que fustige ce jeune Mamadou Dian Diallo: « A Labé ici quand on dit qu’il ya baisse de prix à la pompe ,les commerçants refusent de vendre. Mais ces derniers temps là toutes les stations ont de l’essence mais il ne veulent pas vendre.C’est la baisse qui leur dérange parce qu’ils ne veulent pas perdre les 1000fg » estime t-il .

Pour Antoine Kamano cette crise n’est rien d’autre qu’une spéculation de la part des propriétaires de station.

De son coté Mr Amadou Oury se dit obligé de ranger sa moto et faire ses courses à pieds.

La rareté du carburant dans les stations commence déjà à se faire sentir dans le quotidien du citoyen lambda souligne cet autre interlocuteur. Mamadou Kobera Diallo: « cette crise elle a été quand même inattendue et elle crée de sérieux problèmes à toute la population. Moi par exemple je devais me déplacer pour Tougué je n’ai pas pu à cause du manque de carburant.

Nous voyons qu’en ville le transport est monté d’un cran et tous les prix grimpent, le ciment sur place au magasin est monté. Donc c’est une crise vraiment qui n’ a pas de nom » a t-il affirmé.

Les vendeurs au marché noir n’ont pas accepté de se prononcer sur la crise. Mais hors micro ils nous ont confié parcourir des dizaines de km pour s’approvisionner afin de pouvoir revendre.

A noter que vers 10h ce mardi matin quand nous quittions sous presse le litre était vendu entre 13 et 15000fg au marché noir, et que les stations visitées restaient toujours fermées. Il est important de souligner par la même occasion qu’il faut jouer des coudes et avoir les cordes vocales solides pour espérer repartir avec de l’essence.

Affaire à suivre!!!

Fatoumata Dalanda Bah

Correspondante régionale d’ actuconakry.com

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus