Abidjan : 10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Le parquet a requis 10 ans de prison ferme contre l’ancienne Première dame de la Côte d’Ivoire, Simon Gbagbo, jugée depuis décembre pour atteinte à la sûreté de l’Etat.

Dix ans de prison ! C’est ce qu’a requis, ce mardi 3 mars 2015, le parquet ivoirien à l’encontre de l’ex-Première dame Simone Gbagbo. Elle est accusée de participation à un « mouvement insurrectionnel », « troubles à l’ordre public » et « constitution de bandes armées ». Pour l’avocat général, Simon Yabo Odi, « Simone Gbagbo a bel et bien participé à la constitution de bandes armées à Abobo, une commune d’Abidjan dont elle était députée ».

Le parquet a notamment requis deux ans de prison contre Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien, pour qui les charges de troubles à l’ordre public ont été retenues. Si une telle condamnation devait être suivie, elle serait couverte par la période de détention provisoire effectuée par ce dernier, qui souhaite représenter le FPI à la Présidentielle d’octobre. Sans occulter Michel Gbagbo, le fils de l’ancien Président, pour qui l’avocat général a requis cinq ans d’emprisonnement, coupable selon le parquet d’atteintes à l’ordre public et participation à un mouvement insurrectionnel.

Lundi, au procès de l’ancienne Première dame, à Abidjan, Soungalo Coulibaly, l’avocat de l’État ivoirien, a réclamé 2 000 milliards de FCFA, soit trois milliards d’euros, de dommages et intérêts à l’épouse de Laurent Gbagbo et à ses 82 co-accusés dans leur procès pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus