L’Implosion programmée de l’INIDH avait pour but de saper l’avènement d’une société démocratique en Guinée

Partie A (Le CSM Fleuron des œuvres du Président AC.)

07 Février 2015 ! Des invités sur diverses radios FM, se sont succédés durant la semaine écoulée pour débattre, fustiger, et même pour certains, justifier des incivilités en abreuvant les auditeursde notions qui ne peuvent ‘’émerveiller’’ que des étudiants attardés, l’écrasante majorité de la population ne pouvant rien tirer des statistiques, et des énumérations d’articles de loi, dans la langue française dont l’usage par le plus grand nombre reste un ‘’luxe’’ pour des tas de raisons.

Rappelons aux manipulateurs nihilistesque :

1-ceux qui n’ont jamais appris à obéir ne pourront pas être commandeurs (Aristote ?) !

2-nos opposants guerriers, assoiffés de pouvoir mafieux,sont incapables de stimuler le bonheur et la créativité ! Bien au contraire, toutes leurs actions à Conakry et ailleurs, ne concourent hélas, qu’à détruire le pays, en retardant(voire empêchant) le développement harmonieux, ainsi que le processus démocratique, engagés par le Professeur, et dont le fleuron incontestable est bel et bien le CONSEIL SUPERIEUR de la MAGISTRATURE(organe spécial chargé de garantir l’INDEPENDANCE de la Justice), mis en place en 2014. Le citoyen guinéen se réjouit, avec toutes les personnes de bonne foi sur la planète, de cette conquête (CSM), aussi gratifiante que celle spatiale, qui avait permis à l’Humanité d’expédier des fusées ‘’au-delà’’ de la gravité terrestre.

Nos activistes historiques (qui n’ont jamais fait que piller sous la deuxième République), sont les seuls à ignorer le CSM, avec les autres Œuvres (comme Kaleta, ou la magnifique cité Plaza diamand à Kipé, etc.), réalisées sous le premier mandat du Président Alpha Condé.

Partie B (Curieux d’avoir prévu de démissionner après la prestation de serment)

La Mise en Place en Guinée, de l’Institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (INIDH), prévue par des articles de notre constitution, avec la loi organique L/008/CNT/2011 du 14 Juillet 2011, est en parfaite conformité avec les Principes de Paris et la Résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU… !

Alors pourquoi l’OGDH (créée à l’origine par le CMRN et la Coopération Française), et quelques autres empêcheurs de tourner en rond (FIDH – CODH etc.), crient-ils au Scandale ? La Guinée, pays souverain, n’aurait-il aucun droit de tenir compte des spécificités des pays africains ? Par exemple (et c’est loin d’être hors-sujet), devrions-nous subir sous nos latitudes, des banalisations tendancieuses au nom d’une liberté et de droits non universels de l’Homme comme :

1-l’orientation en Europe de l’Ouest, vers une société plus permissive, plus individualiste, où les valeurs religieuses sont en forte baisse ?

2-le mariage de deux personnes de même sexe légalisé en 2013 par la France où pourtant, en Octobre 1998, Mme Guigou, Garde des Sceaux qui défendait le PACS avait déclaré : « Il n’est pas question, ni aujourd’hui, ni demain, que deux personnes du même sexe puissent se marier. »

On connait la suite, puisque moins de quinze ans après, non seulement le mariage gay et homosexuel a été ‘’voté’’ en France, mais des projets de loi sur la famille, sont proposés au Parlement, avec en prime la fameuse PMA (procréation médicalement assistée). Des responsables politiques occidentaux et des ONG complices, ne doivent pas nous imposer l’inacceptable, sous prétexte de liberté et de Droits de l’Homme.

Hannah Arendt (grande figure de la philosophie politique du XXème siècle), avait eu le mérite d’appeler l’attention sur le risque de la déraison qui guette en notre temps les dirigeants politiques, en rupture avec une tradition philosophique millénaire selon laquelle de Platon à Hegel, l’Etat était l’incarnation de la Raison.

L’Occident, qui domine complètement par ses valeurs et son modèle de consommation, cherche à ‘’imposer’’ des tas de choses (comme par exemple l’homosexualité)sur la Planète or, certaines organisations pseudos humanitaires, ou de défense des ‘’Droits’’ de l’Homme sont des complices avérés. Macky Sall n’avait-il pas courageusement dit non à Obama, malgré des menaces claires de subordonner les ‘’aides’’ à l’ouverture de droits aux adeptes de ces mœurs contre nature ?

En conclusion : le suivisme doit avoir ses limites et dans cette ‘’affaire’’ de l’INIDH, rien ne justifie de s’inquiéter d’une ‘’prétendue’’ représentation pléthorique de notre administration et de la voix délibérative accordée aux représentants de l’Etat. L’OGDH qui est un exemple parfait (depuis sa création), d’inféodation à un parti politique d’opposition, voudrait-elle contrarier le Ministre Diaby, qui avait soutenu en Novembre dernier (au Forum Mondial des droits de l’Homme à Marrakech), qu’il fallait poser la problématique de la puissance publique car, selon lui : « Pour que l’Etat puisse imposer des normes à ses propres représentants (Police, Administration, … ), il faut qu’il puisse acquérir un certain nombre de légitimités pour pouvoir parler avec autorité » !

Partie C (pêle-mêle)

– Depuis quelques jours, Labé est ‘’troublée’’ parce que des opposants interviennent pour manipuler des décisions souveraines concernant la mutation de fonctionnaires… ;

– Dans un autre débat, l’on extrapole pour hypothéquer le choix simple du correspondant de Rfi or, nos ‘’spécialistes’’ auraient pu monter au créneau pour couper court, puisqu’ils savent, eux, que l’accréditation dépend du Pouvoir discrétionnaire de l’Etat qui accueille et qui n’est nullement obligé de justifier de sa décision de refus qu’aucun pays au monde, ni aucune puissance étrangère, ne peut lui contester.

– Dans notre contexte mafieux, les Insatisfaits de la baisse récente à la pompe, sont en grande partie complices de ceux qui achètent nos carburants pour les revendre dans les pays voisins. En plusieurs points du territoire national, il s’était passé ce que tout le monde voyait à Boussoura (port) entre 2005 et 2007 : des départs incessants de barques chargées de nos carburants pour Freetown. Des cas encore plus ignobles sont connus dont les coupables trafiquaient pour des acteurs politiques en vue.

-Certains Journalistes devraient éviter d’ajouter à la confusion en Guinée en affublant obséquieusement du titre ‘’président’’, des leaders d’opposition totalement inciviques qui (non contents de contester le suffrage exprimé par tout un peuple), persistent publiquement à refuser depuis 2010 au chef de l’Etat, son titre démocratiquement sorti des urnes. Et ce sont les mêmes qui manipulent publiquement, par des slogans dangereux et des discours guerriers, leurs partisans faibles d’esprit pour aller ‘’chasser’’ du Palais Sékoutouréya, son locataire légitime. Le 22 Janvier à Bonfin, un ancien Ministre (dont la participation au premier gouvernement de 2011, avait naguère été largement dénoncée par de nombreux étrangers, souvent européens, victimes d’escroqueries, voire d’extorsions mafieuses), avait parlé d’assaut final, tandis qu’un autre, particulièrement haineux, menaçait : «On ne va plus accepter des élections truquées. S’il y a des élections truquées ici, c’est la guerre. Allez-vous accepter des élections truquées ? ».

Nous rappelons que nous savons dans le détail, tout ce qui s’était passé avant, pendant et après le 27 juin 2010…

Bon Weekend à tous.

Cissé de Bma 00 224 657 48 15 69

essikleduc@yahoo.fr

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus