Ministère des Travaux Publics :Tronçon Kankan-Kissidougou,Le mal à venir si l’on ignore les dessous

Si on reproche constamment aux douaniers de s’enrichir illicitement sur le dos du contribuable, on est très loin de penser qu’il existe un secteur plus fossoyeur que la Douane : Les Travaux publics. Véritable manne financière qui implique magouilles, corruption et détournements divers, alors que les infrastructures souffrent d’imperfection et d’amateurisme. Les grands chantiers amorcés en Guinée depuis l’avènement du Pr Alpha condé ne profitent qu’à un clan de patrons d’entreprises véreux qui manipulent les chiffres comme du béton, de l’appel d’offre à la livraison des travaux. C’est la catastrophe totale lorsqu’on fait un tour sur les chantiers d’EBOMAF, les réalisations de GER, les ratés d’IMS etc. Mises en demeure et avertissements n’ont aucune suite.

Rien de surprenant pour une future désolation sur les chantiers d’Ebomaf au regard de l’effet Blaise compaoré

Il est sans doute inutile de revenir sur les conditions peu orthodoxes dans lesquelles l’entreprise Burkinabè EBOMAF s’est introduite en guinée comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Véritable démonstration bling-bling, EBOMAF serait à la limite de ses prestations à la suite des récents remous politiques au pays des Hommes intègres.

Ses installations dans la capitale burkinabè sont méconnaissables. Il ne reste plus rien sur le site de Kossodo, sur la RN 4 (Ouagadougou-Kaya).

Un groupe de vandales a jeté son dévolu sur le matériel et les engins installés çà et là dans cette enceinte de plusieurs hectares. « Le coût du matériel détruit et pillé dépasse la bagatelle des deux (2) milliards F CFA. Il y avait un important ancien stock et un nouvel arrivage qui n’avait même pas été encore utilisé. », confie le magasinier

Ils ont emporté des pièces de rechange et des matériaux de construction. Des pneus, des pots de peinture, des réfrigérateurs, des ordinateurs, … n’ont pas également été épargnés. Tout le contenu des conteneurs, des entrepôts et des magasins ont été littéralement pillés selon nos confrères burkinabés.

Curieusement, certaines entreprises pourtant décriées acceptent les cabinets étrangers pour les missions de contrôles sur les chantiers guinéens.

Bizarrement et fort de ces relations avec le pouvoir, Ebomaf qui a, malheureusement le chantier Kankan-Kissidougou a catégoriquement refusé de se plier aux exigences recommandées par nos partenaires et l’Etat guinéen.

EBOMAF qui évolue désormais sur le tronçon Kankan-Kissidougou recrute en son sein son service de contrôle composé de ses frères Burkinabés. Quel gain pour la Guinée ?

Véritable tohu bohu accepté par nos dirigeants… :

Avec ces pertes et un laisser-aller à souhait, le tronçon Kankan-Kissidougou qui est en cours d’exécution sera déjà une illustration parfaite de certaines forfaitures.

Les usagers de la route, en circulant sur le dit tronçon, apprécient tout simplement le fait que les voies soient élargies. C’est l’arbre qui cache la forêt.

Sur ce grand tronçon qui, semble-t’il tiendrait à cœur le Président de la République , on peut constater aisément d’innombrables tas de sables,  des centaines de rigoles et de trous dangereux pour les usagers.

Les caractéristiques du chantier EBOMAF sont les suivantes : raccordement mal faits avec des matériaux impropres, inadaptés et sales. Aucune synergie entre les raccordements.

Des raccordements sont fait de façon manuelle avec des enrobés à la main. La pose des pavés n’est pas faite selon les règles de l’art.

Directement sur du sable, vite dégradés après des pluies ou le passage des véhicules. Les trottoirs des chantiers EBOMAF sont dangereux.

Les dallettes posées sur les caniveaux sont béates et provoquent constamment des chutes de piétons qui se retrouvent à l’hôpital.

A plusieurs endroits, il manque des dalles, laissant des fosses très dangereuses.

Les carrefours sont mal arrondis, obligeant les conducteurs à des gymnastiques dans les virages.

Avec ces pertes dues aux récents remous politiques au Burkina,la nouvelle vie d’un compaoré accusé d’être principal actionnaire de cette entreprise Ebomaf par certains,l’on serait tenter de s’inquiéter désormais sur le produit fini du chantier Kankan-Kissidougou.

Et si l’on regardait mieux avant l’octroie d’un marché ?

A bientôt sur l’octroie peu catholique de ce marché

Papa Malick Camara pour www.actuconakry.com

Tel de la Rédaction : +224 622 56 56 67

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus