Liberté de la presse en danger: Les menaces de mort…encore plus de menaces sur un journaliste

Aux services de sécurité d’agir pendant qu’il est temps. Les menaces de mort contre notre confrère Robbie Sarah, d’Espace Fm, un des animateurs les plus redoutés de son émission « Les Grandes Gueules », se font persistantes, quotidiennes.
Il se passe rarement de jours sans qu’il ne reçoive des messages de menace de mort, venant d’individus tapis on ne sait où et agissant au nom de on ne sait quel intérêt. Des messages d’une violence extrême dans lesquels, ces individus le traitent de tous les noms d’oiseau, avant de menacer à chaque fois de lui faire la peau.
Nous avons capté le tout dernier qu’il a reçu, dans la nuit de samedi à dimanche. Voici comment il est libellé : « On va finir avec toi, pour ne pas que les gens disent que c’est nous, c’est pour cela que je ne veux même pas te voir, comme tu loges à Nongo, nous avons eu des informations sur toi, à bientôt ».
Notre confrère Robbie que nous avons joint, dit prendre désormais très au sérieux ces menaces dont il a pourtant toujours été la cible, sans s’en émouvoir outre mesure. Risque du métier oblige ! Mais elles semblent avoir franchi un palier supplémentaire, de quoi le rendre comme sur le gril.
Récemment, c’est toute l’équipe de l’émission « Les Grandes Gueules », de la même radio, qui avait reçu en simultané des messages de menaces de mort. Aussitôt, le Haut commandement de la gendarmerie nationale, fut saisi.

Mais les dispositions annoncées par le Général Baldé et ses hommes, tardent à se mettre en place.
Robbie Sarah dit se réserver le droit de porter l’affaire devant les organisations de défense de droits de l’homme et les chancelleries occidentales.
Qui Robbie dérange-t-il au point de vouloir attenter à sa vie ? La question demeure entière !
Affaire à suivre !
Moussa Tata Kourou Diawara

Standard de www.actuconakry.com : +224 622 56 56 67

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus