Interview : Le Représentant de l’OMS en Guinée à bâtons rompus

Une retraite interne à l’OMS vient de se tenir du 10 au 11 janvier 2015 dans un réceptif hôtelier de la place à Conakry. Cette rencontre a réuni les experts de la Direction Générale , du Bureau Régional et les Représentants de l’OMS dans les trois pays fortement affectés par la maladie à virus Ebola. En marge de la rencontre, le Représentant de l’OMS en Guinée, le Dr Jean Marie DANGOU, après avoir décliné son identité et fonction, s’est prêté à nos questions.

Lancei :          M. Jean Marie DANGOU, bonsoir ?
J.M.DANGOU :  
Bonsoir

Lancei : Quels sont les objectifs de cette rencontre ?

J.M.DANGOU :   Depuis l’année dernière, nous étions dans une phase de riposte à l’épidémie de la maladie à virus Ebola (MVE) en Guinée, au Libéria et en Sierra Léone. Nous avons contribué à la mise en place des structures de planification, de coordination, de suivi et évaluation mais aussi tous les instruments de la riposte tels que les moyens matériels et humains pour l’information et la sensibilisation des populations, la formation du personnel, la surveillance de l’épidémie, le diagnostic et le traitement des malades, la prévention et les enterrements sécurisés. De nombreuses activités ont été menées avec plus ou moins de succès. Maintenant, nous abordons une deuxième phase de la réponse à l’épidémie et donc nous avons décidé de nous retrouver pour faire le point. Cette réunion est une retraite des différents niveaux de  l’OMS (Siège, Bureau régional pour l’Afrique et Bureaux pays) afin de  partager les expériences des 3 pays à forte transmission de la maladie à virus Ebola (MVE) et aligner nos interventions communes pour les 4 mois à venir afin de stopper la maladie..

Lancei : Et si on parle de la riposte, pouvez-vous nous dire dans quels domaines l’OMS intervient ?

J.M.DANGOU : Pour la riposte à l’épidémie de MVE, nous avons défini 4 grandes lignes d’action: i) la communication et la mobilisation sociale; ii) la surveillance épidémiologique constituée essentiellement par la recherche active des cas et le suivi des contacts ; iii) la prise en charge des malades comprenant le diagnostic de la maladie et le traitement ; iv) les enterrements dignes et  sécurisés ; v) la coordination. L’OMS participe à toutes ces lignes d’action mais elle a été désignée comme agence-lead pour la surveillance et la prise en charge. Elle contribue à la mobilisation sociale pour un engagement communautaire aux côtés de l’UNICEF et produit des normes et directives particulièrement pour la prévention et le contrôle de l’infection, les enterrements sécurisés étant sous la responsabilité de la Croix Rouge.

Lancei : Au cours de cette rencontre, il a été question de coordination entre les agences des nations unies sur le terrain mais également de budget & finances. Qu’est ce qui a été dit à cet effet  par  vous ainsi que les experts de HQ/Genève ?

J.M.DANGOU :   Il faut reconnaître que les interventions en rapport avec ces différentes lignes d’action dont j’ai parlé plus haut se font sous le leadership du Gouvernement de la Guinée. L’OMS apporte un appui à la coordination tant au niveau central qu’au niveau de toutes les préfectures. Vous n’êtes pas sans savoir que l’OMS a toujours été le conseiller principal de l’Etat  guinéen en matière de santé depuis son installation en 1961. Nous avons toujours travaillé avec les autres agences du système des Nations Unies intervenant dans la santé. Avec la crise créée par l’épidémie de la MVE, les Nations Unies ont mis en place la mission spéciale UNMEER qui coordonne les activités des agences du Système des Nations Unies. Nous avons discuté et nous nous sommes accordés sur la place qui est la nôtre au sein de UNMEER en cette nouvelle phase de riposte. S’agissant des Finances, les montants reçus par les différents niveaux de l’Organisation dans le cadre de la riposte et  de la préparation ont été discutés ainsi que les prévisions budgétaires pour les mois à venir. Nous nous sommes accordés sur les stratégies de mobilisation et allocation de ressources pour mieux jouer notre rôle de partenaire technique des pays affectés.

Lancei : la réunion a statué sur le plan de recrutement des consultants nationaux et également des experts internationaux, qu’est ce qui a été dit a ce sujet ?

J.M.DANGOU: En effet, nous avons passé en revue l’état des ressources humaines mis à la disposition des 3 pays et le constat général est que les déploiements ont été importants. En Guinée, un total de 363 personnes sont actuellement déployées par l’OMS dans le cadre de la riposte aussi bien à Conakry que dans les préfectures à l’intérieur du pays. Il y a 135 experts internationaux et 288 médecins guinéens que nous avons recrutés, formés et déployés sur le terrain. En plus, nous avons environ 600 agents communautaires qui nous aident à faire le suivi des contacts. Dans les autres pays, l’OMS à aussi contribué à d’importants déploiements de ressources humaines.

Lancei : Avant dernière question, quel est votre point de vue comparative entre la riposte faite en Guinée et dans les autres pays?

J.M.DANGOU : Dans les 3 pays, la contribution de l’OMS à la riposte a été importante. Nous ne comparerons pas le degré de riposte entre les pays car le contexte est différent, les éléments de l’épidémie sont différents et les partenaires sur le terrain ne sont pas partout identique. Toujours est-il que nous allons intensifier notre contribution dans les différents domaines où nous avons des avantages comparatifs dans le but d’aller le plus rapidement possible vers Zéro Ebola comme le demandent les initiatives lancées en Sierra Leone  et en Guinée.

Lancei : Quels sont les sujets dont on a pas parlé mais qui a été débattu  de façon importante lors de la rencontre ?

 J.M.DANGOU : D’autres sujets très importants ont aussi été débattus tels que l’appui de l’OMS aux pays dans le cadre de la collaboration transfrontalière, la gestion de l’information, la formation et la mise en place d’une plateforme opérationnelle avec les autres parties prenantes. Nous sommes très optimistes et en particulier si nous obtenons un plus fort engagement des communautés en Guinée, nous gagnerons la bataille contre Ebola. Il en sera de même dans les autres pays.

Lancei : Monsieur le Représentant de l’OMS en Guinée, Merci !

J.M.DANGOU : C’est à Moi de vous remercier !

Lancei Touré pour www.actuconakry.com

Standard : +224 622 56 56 67

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus