Afrique du Sud : exclue du testament de Mandela, Winnie enclenche une action en justice

L’ex-épouse de Nelson Mandela, Winnie, a enclenché une procédure judiciaire pour protester contre le testament de Nelson Mandela, dont elle est exclue.

L’ex-épouse de Nelson Mandela, Winnie, ne cache pas sa colère. Elle a engagé une procédure en justice pour contester le testament de son ex-mari et réclamer la maison de famille de Qunu, dans le sud-est, village où le héros de la lutte anti-apartheid a passé son enfance et une partie de ses vieux jours. Agée de 78 ans, elle souhaite que cette maison, qui a été léguée à la veuve de Nelson Mandela Graça Machel, lui revienne, assurant qu’elle a été achetée en 1989 à son nom lorsque le couple était encore marié et Nelson Mandela pas encore libéré.

Décédé à l’age de 95 ans, en décembre 2013, dans ses dernières volontés, le héros sud-africain a légué cette maison, qui s’est agrandie au fil du temps, à sa famille et à sa veuve Graça Machel. Dans son testament, il a laissé ses biens à sa veuve Graça, ses enfants et petits-enfants, ses proches et anciens collaborateurs, des écoles et l’ANC, son parti politique. Il n’a rien laissé à Winnie qui vit la plupart du temps à Soweto, près de Johannesburg.

« J’ai créé mon propre héritage »

Dans une interview parue mardi, publiée par le Times et le Sowetan, l’ex-deuxième épouse de Nelson Mandela a déploré que l’ancien Président sud-africain ne soit plus là pour trancher la querelle l’opposant aux autres héritiers sur la maison de famille de Qunu. « C’est tellement dommage qu’il ne soit plus là pour que je puisse lui demander ce qui diable l’a poussé à choisir de donner ma terre et de la léguer à quelqu’un qui, en réalité, possède tout un tas de choses au Mozambique, car elle a ses quatre maisons » là-bas, a déclaré Winnie, visant Graça Machel, la veuve de l’ancien Président. Graça Machel, auparavant épouse du Président mozambicain Samora Machel, mort en 1986, a été épousée en troisième noce par Nelson Mandela, en 1998.

« Cette propriété est la mienne et je l’ai acquise quand le vieil homme était à Robben Island (le bagne où Mandela a été incarcéré sous l’apartheid, près du Cap, ndlr), et c’est indiscutable », a ajouté Winnie dans l’interview. Elle affirme n’avoir aucun regret d’avoir divorcé de Mandela, en 1996. Selon elle, « c’était bien. Je n’ai jamais eu même en rêve un seul moment de ressentiment. C’était une forme de bénédiction, car j’ai continué à être moi-même. Je n’ai jamais été dans l’ombre du vieil homme. J’ai créé mon propre héritage ».Afrik.com

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus