La Guinée se révèle dans l’adversité

Ces derniers temps, le sort n’a pas épargné l’équipe de Guinée. En effet, depuis le début de l’épidémie d’Ébola, le Syli National est contraint de disputer ses matches à domicile sur terrain neutre. Cette situation délicate ne l’a pas empêché de valider son billet pour Coupe d’Afrique des Nations de la CAF, qui réunira les 16 meilleures équipes du continent l’année prochaine en Guinée Équatoriale. Une qualification qui  s’est traduite fort logiquement par une progression de 17 places au Classement mondial FIFA/Coca-Cola. La Guinée pointe aujourd’hui au 38ème rang, ce qui ne lui était plus arrivé depuis janvier 2009.
La meilleure performance de son histoire remonte au mois d’août 2006. À l’époque, l’équipe nationale occupait une flatteuse 22ème place. Par la suite, la sélection a connu une longue traversée du désert qui l’a amenée à rétrograder en 61ème position en janvier 2014. « Depuis la CAN 2012, nous avons dû reconstruire l’équipe pour différentes raisons : certains internationaux ont pris leur retraite, d’autres ont été victimes de blessures, d’autres encore manquaient de temps de jeu » analyse Michel Dussuyer, le sélectionneur, au micro de FIFA.com. « En l’espace de trois ans, nous avons considérablement rajeuni le groupe. Dans l’ensemble, cette évolution a été bénéfique au Syli National. »
Il y a encore deux mois, personne ne donnait cher des chances de qualification de la Guinée pour la CAN. Dussuyer et ses joueurs occupaient la dernière place du Groupe E et devaient donc impérativement battre le Togo et l’Ouganda pour accéder à la phase finale. Les Togolais ont été les premiers à mesurer la motivation de cette jeune équipe guinéenne. Grâce à un triplé de Seydouba Soumah, le Syli National est reparti victorieux (4:1) de son déplacement à Lomé. Tout devait donc se jouer dans un match à quitte ou double lors de la dernière journée, en terre marocaine. Ougandais et Guinéens savaient qu’une victoire leur ouvrirait les portes de l’épreuve continentale. Les Grues partaient cependant avec un léger avantage psychologique : un nul aurait suffi à leur bonheur, compte tenu de leur succès face à ce même adversaire à Kampala. Une fois de plus, Soumah a endossé les habits de sauveur pour offrir à son pays une victoire (2:0) synonyme de qualification.
Pour Dussuyer, l’exploit est d’autant plus important que le pays traverse actuellement une crise terrible en raison de l’épidémie de virus Ébola. « Notre participation à la Coupe d’Afrique va mettre un peu de baume au cœur des Guinéens. Ça compte beaucoup à nos yeux. Le pays est durement touché par cette épidémie. Les gens vivent des choses très pénibles en ce moment et nous sommes conscients que le football peut leur apporter un peu de réconfort. J’ai reçu beaucoup de messages de soutien après notre qualification. Toute la Guinée a vécu une grande joie. Ce sentiment est très fort car il ne faut pas oublier que nous étions encore dans une situation difficile à deux journées de la fin. »
Un œil sur l’avenir
Le technicien français, qui effectue actuellement son troisième passage à la tête de l’équipe nationale, est convaincu que les changements opérés ces dernières années dans le pays porteront leurs fruits à long terme. « Depuis deux ou trois ans, le football a vraiment progressé. Les clubs bénéficient de nouveaux investissements. Ils ont ainsi pu recruter des joueurs talentueux à l’étranger et la qualité du championnat s’en ressent. Le niveau ne cesse de s’améliorer et les jeunes Guinéens qui commencent à percer n’en sont que plus motivés. Ils profitent de meilleures conditions de travail et les salaires suivent. Maintenant, il faut maintenir ces efforts sur le long terme. »
Dussuyer s’apprête à disputer sa quatrième CAN. L’ancien gardien cannois compte deux participations avec la Guinée et une autre avec le Bénin, en 2010. Malgré un tirage au sort compliqué – les Guinéens évolueront dans le Groupe D, aux côtés de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Cameroun – il assure vouloir aller plus loin qu’en 2012. « Notre objectif est d’atteindre les quarts de finale. C’est possible, si nous restons humbles et concentrés. Je souhaite que mon équipe respecte son identité et ses valeurs, qu’elle pratique un football de qualité, qu’elle joue son jeu sans chercher à s’adapter à ses adversaires. Il faut s’appuyer sur l’envie et la générosité de ce groupe. »
À en croire Dussuyer, l’expérience acquise lors de cette qualification à l’arraché sera très utile en Guinée Équatoriale. « Nous avons été obligés de nous exiler pour jouer nos matches à domicile. Nous le savions dès le début et nous étions conscients que la qualification n’en serait que plus difficile à obtenir. Mais je crois que ces épreuves ont aussi créé un lien très fort entre les joueurs. D’une certaine façon, l’adversité nous a rendus plus forts. Cette force, nous comptons bien nous en servir en Guinée Équatoriale. »

Standard de www.actuconakry.com : +224 622 56 56 67

E-mail: actuconakry@gmail.com

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus