Amadou Damaro Camara, quand le Diable en personne cite le Coran !

Comme il est de coutume dans la culture Rpgiste, quand on veut avoir des positions, se maintenir ou avoir du galon, des grâces et faveurs d’Alpha Condé, il faut s’en prendre à Sidya Touré.  Ceci est tellement évident aujourd’hui, que tout minable s’en sert dès qu’il se sent coincé. Un des proches de la Présidence disait dans une confidence « Alpha veut savoir tous les matins, si les ondes ont été investies pour insulter Sidya Touré ». Et c’est  l’honorable Baidy Arribot qui a trouvé le mot juste « Alpha Condé a une peur bleue de Sidya Touré ».

L’histoire politique nous enseigne que tout chef redoute son successeur, jusqu’à le haïr  avec la dernière énergie. Le consensus autour de Sidya Touré, Président de l’UFR, présenté comme la seule alternative crédible  en 2015 ne laisse  pas ses adversaires  dormir tranquillement sur leurs oreillers.

Cela, certains cartons, je voulais dire cadres, l’ont bien compris et  n’oublient pas d’en faire usage dès qu’ils sont en difficulté et c’est le cas d’Amadou Damaro Camara, Président du groupe parlementaire de l’Alliance RPG Arc-en-ciel. Actuellement contesté au sein de sa formation politique, l’homme se retrouve dans une querelle politique du fait des caciques qui lui en veulent pour bien des raisons, notamment son opportunisme, sa traitrise. Il est difficile pour ces ‘’Rpcistes’’ bon teint qu’un dernier venu vienne leur damer le pion à eux tous à l’occasion des dernières élections législatives. C’est cette grogne interne qui  Contrarie sérieusement notre bonhomme ces derniers moments, et voilà qu’il juge nécessaire de passer là où beaucoup sont passés pour regagner de la considération, c’est-à-dire oser s’en prendre à Sidya Touré. Mais on n’attaque pas un Touré,  pour paraphraser De Gaule !

La stratégie malencontreuse

Pour se faire entendre, Damaro connaissant le talon d’Achille du RPG, Sidya Touré de notoriété publique, il tante de jouer à jeu très dangereux, un couteau à double tranchants. Mais  dans le royaume des idiots, les nigauds  sont rois dit-on.  Il faut également essayer de cogner avec une pierre deux cibles en faisant en sorte de créer la zizanie entre les grands leaders de l’opposition guinéenne.  Peine perdue ! Cette méthode ne peut prospérer, elle fera l’effet d’un coup de sabre dans l’eau.

Intelligeant qu’il est ou disons le mot juste, malin, il est expert en subversion. Depuis que le débat sur la candidature unique et consensuelle de l’opposition en 2015 est engagé,  Mr Damaro n’est pas sans savoir que son parti aura alors fort à faire pour se maintenir. La bataille sera rude que de vouloir arracher de la gueule du chien l’os qu’il tient, comme du reste l’accoutumance au pouvoir qui fait le même effet, mais à l’impossible nul n’est tenu.

Le désenchantement des populations, le consensus  autour de Sidya Touré, le syndrome Burkinabé, tout cela réuni fait immanquablement trembler un système bâti  sur le mensonge, la corruption, la médiocrité  et l’incapacité d’améliorer le quotidien  des Guinéens.  C’est  la chienlit.

Putschiste et traitre !

Le passé de l’homme le rattrape toujours, quelque soit le temps et le milieu. La nature est une seconde nature,  a dit un adage populaire.  A entendre Damaro parler, c’est le diable qui cite le Coran. Les manies de l’homme au sein du RPG arc-en-ciel nous amènent à rappeler ici, le rôle qu’il a joué dans les évènements malheureux de 1984 et c’est le lieu de s’interroger sur  le comment il s’en est sorti, en sacrifiant de nombreux officiers supérieurs maninkas.  Il vous souviendra que c’est lui-même qui avait déclaré avoir été celui qui a apporté la bande d’enregistrement de la voix de Diarra TRaoré à la RTG. Mais bizarrement tous les autres ont été trucidés, pourtant il s’en est sorti indemne sans une petite égratignure. Ce faisant, la plupart des enfants  et proches d’officiers arrêtés et passés aux armes après cet évènement, veulent avoir au jour d’aujourd’hui des éclaircissements sur ces zones d’ombre de la part du sieur Damaro. Qui est censé avoir été la taupe de Lansana Conté aux fins de mettre la main sur leurs pères, oncles, frères, cousins, grands pères ?  Est-ce le putschiste où le traitre Damaro ?

L’opportuniste !

Comme de coutume pour ces opportunistes politiques,  ils changent de partis politiques à la recherche de poste et de titre, sans foi, ni loi et sans la moindre conviction, c’est ce qu’on appelle tout court, la transhumance. Ce qui compte pour eux, c’est l’opportunité qu’on y gagne de se servir au lieu de servir son pays. Ceux là mêmes qui se présentent au moment de la moisson après que les autres aient fini de cultiver, de désherber, de chasser les oiseaux et autres rongeurs et  même de récolter. Après qu’il ait fini de jouer l’espion de Lansana Conté au sein du RPG, l’homme se retrouve dans la GPT en 2010, ensuite l’AND, où il se fait passer pour le représentant de la communauté Konia, avant d’atterrir  sur le liste nationale du RPG- Arc-en-ciel, comme un cheveu dans la soupe lors des législatives de 2013.  Ses acrobaties et sa propension sont en passe  d’étouffer les ténors de sa nouvelle famille politique,  la voix tonitruante du traitre d’antan (qui sait ?), du dernier arrivé commence à agacer. Comme le dit un adage Maninka, sa bouillie est sur le feu !

La honte de la question de la CENI

Quand on veut se donner une certaine place, une certaine hauteur, on accepte d’être honnête et on dit la vérité quelque soit le prix, surtout quand on est  un élu du peuple. A entendre le dés-Honorable Damoro sur la CENI, esquiver la  question de la mise en place des comités de veille et de suivi inscrits en bonne place dans les accords du trois (3) juillets, signés par  la mouvance, l’Opposition, des Ambassadeurs occidentaux et les représentants de la communauté internationale, l’on se demande comment la Guinée peut se présenter en tant  qu’Etat responsable et capable de respecter ses engagements. On se bat pour des Institutions fortes Mr Damaro et cela chaque guinéen devait l’intérioriser, pour que ce combat ne s’arrête qu’à la victoire finale.

Pire, quand il parle de l’indépendance de la CENI et des commissaires, pour lui quand le Chef de l’Etat, président du RPG Arc-en-ciel, reçoit les commissaires de la mouvance à huis clos, ceci est un fait naturel et anodin, qui n’entache en rien la crédibilité de l’institution. Est-ce que les commissaires de la mouvance qui assistent aux assemblées générales de leur parti seraient aussi chose normale ? La parité est la clé de voute de la CENI, l’opposition alors que le RPG en faisait partie s’est battue pour que l’administration soit remplacée par une structure où elle aurait ses représentants qui l’y défendraient. Malheureusement que nous sommes amnésiques en Guinée, surtout quand un manquement des règles basiques nous est favorable.

La gestion de Sidya Touré : il est venu, il a prouvé, il est parti !

Chercher à remettre en cause la gestion, le travail, les compétences de Sidya en Guinée comme ailleurs, c’est vraiment comme tenter de cacher le soleil avec la paume de sa main. De 1958 à nos jours, la Guinée n’en a pas connu de meilleures gestions économiques en son temps. Les indicateurs économiques en témoignent, le taux de croissance (5%), le taux d’inflation (2%),  la réserve de change (6 mois), le niveau de la production agricole (Coton 40.000 t),  les recettes internes, la gouvernance, la discipline, l’assainissement de la ville,  la réduction systématique de pénuries d’eaux et d’électricité (en 6 mois) , la réduction des dépense de l’Etat, la confiance des institutions financières internationales, la réduction du chômage, l’exécution des programmes de développement urbains (PDU) et pour le collectivités villageoises (PAVC), le développement de l’enseignement professionnel… A cela s’ajoutent, la formation des cadres ceux mêmes de la haute hiérarchie de l’administration (Ministres) sur le montage des dossiers et la tenue des conseils interministériels. « Demande au pain si dans le four il ne fait pas suffisamment chaud ». Comme Damaro avait fuit la Guinée, après avoir vendu ses acolytes dans le malencontreux évènement dit Diarra, il ne peut en savoir mieux sur la Guinée.

Le débat sur l’homme consensuel en 2015

Le débat sur l’homme consensuel en 2015 est, reste et demeure. Nul ne peut, de quelque obédience qu’il soit, empêcher la société civile guinéenne de s’en approprier et d’en  débattre pour l’avenir de notre pays. Pour le peuple de Guinée, l’élection de 2015  sera déterminante, elle doit permettre à notre pays de connaitre un nouveau départ en mettant fin à la médiocrité, à l’amateurisme, au népotisme, à la corruption, à la mauvaise gouvernance, au chômage des  jeunes, à la pauvreté,  à l’ethnocentrisme et à l’ethno stratégie connus sous Alpha Condé. Pour cela les Guinéens ont besoin d’un homme compétant, fédérateur, capable de rassurer toutes les communautés au tour d’un seul  idéal, celui  du développement de la Guinée. Qui fera sans nul doute du régime d’Alpha Condé un lointain et mauvais souvenir, PLUS JAMAIS CA !!!

Envoyé par Ahmed Tidiane Sylla de la Cellule Com UFR

Standard de www.actuconakry.com : +224 622 56 56 67

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus