Le volontariat au service du developpement local

Depuis plusieurs années, les volontaires de diverses nationalités interviennent dans le développement local. Présents dans tous les secteurs, ils viennent partager leurs expériences avec les communautés à la base. Même si aujourd’hui le secteur du volontariat demeure peu connu dans notre pays, ceux qui l’animent ont une grande part dans l’évolution des pays du tiers monde comme la Guinée. C’est le cas des structures comme France volontaires, la Charente maritime coopération, Guinée 44, Bolivia Inti-Sud Soleil, CEFODE, La Guilde Européenne qui participent aujourd’hui à l’amélioration des conditions de vie des citoyens dans les collectivités territoriales de Boffa, Kindia.

A titre d’illustration, l’association Charente-Maritime Coopération participe depuis 22 ans au développement de la préfecture de Boffa. Depuis le début du programme de coopération décentralisée entre la CMC et la préfecture de Boffa, la présence ininterrompue des volontaires de l’Association française du progrès (AFVP) d’alors et ceux de CEFODE actuellement, a permis d’obtenir des résultats et des progrès hautement appréciés par les populations des collectivités bénéficiaires.

La Charente maritime coopération met en œuvre un projet de coopération entre le Conseil Général de la CMC en France et la préfecture de Boffa et ces 8 collectivités. Ce programme de coopération comprend quatre axes stratégiques dont l’hydraulique villageoise, l’appui aux collectivités rurales, le désenclavement des communautés et la production du sel solaire. Pour sylvain Dupoint, coordinateur de la Charente maritime à Boffa, l’association assure au minimum trois formations par an pour les collectivités. « Toujours en appui aux collectivités, on a un volet de cofinancement d’infrastructures publiques comme des sièges mairies, des postes de santé, des centres culturels…, l’ONG apporte 70% du financement et la communauté se charge d’un apport de 30% » poursuit Sylvain Dupont.

Dans le souci de mieux diversifier ses axes d’invention et en raison des besoins nombreux et insatisfaits des populations, les volontaires de la Charente maritime initient les populations à la production du sel solaire à travers la remise en état des salines. Cette technique de production du sel permet aux populations de ne plus utiliser les moyens mécaniques, souvent pénibles et agissant négativement sur l’environnement. « Nous sommes vraiment très heureux de la présence de la Charente maritime ici dans notre préfecture. Depuis que nous avons appris à produire le sel solaire, on souffre moins et on gagne rapidement le sel avec peu d’effort » déclare sur un ton de satisfaction, Aminata Kindia, une habitante de Boffa, bénéficiaire de ce projet. Ce sel solaire est produit et vendu régulièrement aussi bien à Boffa qu’en dehors de la localité. Plusieurs citoyens à l’image de Sâa Nicolas Moundekeno, administrateur du marché central de Boffa. « Grâce à la Charente maritime, je suis dans une activité de grande rentabilité » estime – t- il. Comme pour dire que si la production du sel solaire contribue à la préservation de l’environnement, diminue la pénibilité du travail, elle permet aussi aux populations de faire de bonnes affaires.

Un autre volet et non des moindres de la Charente maritime, c’est l’appui à la remise en état des pistes rurales. En Guinée, les infrastructures de base, notamment les routes manquent cruellement. Cela joue négativement sur l’échange et le déplacement des populations. C’est pour remédier à ce problème dans les différentes collectivités de la préfecture de Boffa que la Charente maritime appuie des groupements de Boffa pour entretenir les pistes rurales. Ce volet dont la mise en œuvre a débuté dans les années 90 ne va pas sans difficultés car la Charente maritime ne peut pas couvrir tous les besoins. C’est pourquoi, les citoyens de la localité sollicitent un soutien des autorités guinéennes pour faire des pistes rurales, de véritables moyens d’échanges et de développement entre les communautés.

L’esprit de volontariat et d’entraide a amené la Charente maritime à participer aussi à la construction de points d’eau amélioré. La Guinée, malgré son nom de chanteau d’eau de l’Afrique de l’ouest reste encore confronté aux problème d’accès à l’eau potable aussi dans la capitale qu’en province. C’est justement pour répondre aux besoins relatifs à l’accès à cette denrée indispensable à la vie que la Charente maritime a développé ce projet de gestion des points d’eau dès l’année 2005. « Plus d’une cinquantaine de points ont été réhabilites, de puits améliorés » précise Sylvain Dupont.

Aujourd’hui, la Charente maritime dirigée par deux volontaires français et leurs 10 collaborateurs guinéens apportent un souffle nouveau au développement dans la préfecture de Boffa. Malgré les nombreux défis qui restent encore à relever, il est important de signaler que ce sont des actions de volontariat qui passent parfois inaperçues qui permettent aujourd’hui un meilleur cadre de vie aux populations. Depuis son institution en 2010, chaque année, les volontaires français célèbrent la journée du volontariat français. Cette année, la célébration se fera dans la ville de Kindia sous la coordination de France volontaires Guinée, sous le thème « Contribution des volontaires au Développement local ». « Si l’humanité veut aller de l’avant, elle a besoin de mettre en avant l’engagement volontaire et la solidarité » affirme Sabou Keita, animateur d’Animateur de l’Espace volontariats (AEV) de Guinée.

Actuconakry.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus