L’armée divisée : ça craint au Burkina Faso !

 

Le peuple burkinabè, après 48 heures de soulèvement, a fini par faire céder le Président Compaoré qui a démissionné ce vendredi 31 octobre 2014. Pour autant, le Burkina Faso n’est pas tiré d’affaire : l’armée est actuellement divisée s’agissant de la gestion du pouvoir.

Ça craint au Burkina Faso où le départ du désormais ex-Président Blaise Compaoré n’a pas suffit pour faire régner l’ordre dans le pays. En effet, l’armée censée remplacer le pouvoir vacant après la démission de Blaise Compaoré, est divisée.

Chef d’état-major de l’armée Nabéré Honoré Traoré a promis qu’il assurait les fonctions de chef de l’Etat à compter de ce jour. De son côté, un groupe d’officiers avec à sa tête le lieutenant-colonel Zida, numéro 2 de la garde présidentielle de Blaise Compaoré, a indiqué dans la soirée de ce vendredi, la mise en place d’un organe de transition pour diriger le pays et la fermeture des frontières. Il ont dit vouloir prendre le destin du pays en main.

Cette déclaration de ce groupe d’officiers contredit l’annonce faite quelques heures plus tôt par le chef d’état-major de l’armée, le général Nabéré Honoré Traoré, qui indiquait qu’il assumait les fonctions de chef de l’Etat. Ce qui sonne comme une confusion totale, et fait craindre le pire au pays des hommes intègres. Une question essentielle se pose : qui gère le Burkina Faso ce soir ? Affaire à suivre.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus