Ebola : la France va envoyer des réservistes sanitaires en Guinée

La France va envoyer un premier groupe de cinq réservistes sanitaires à Conakry pour soutenir l’action des autorités sanitaires guinéennes contre l’épidémie de fièvre Ebola, a annoncé mercredi la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Les cinq réservistes (quatre médecins et un logisticien) qui partiront jeudi font partie d’une vingtaine de réservistes que l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) doit déployer en Guinée d’ici à la fin de l’année.

Les réservistes – qui sont des professionnels de santé volontaires, en activité, retraités ou en formation – se relaieront régulièrement par groupes de 5.

« C’est par le soutien international que nous pourrons contrôler l’épidémie », a déclaré Mme Touraine venue saluer les cinq réservistes.

Elle a rappelé que des experts français avaient déjà été envoyés en avril dernier en Guinée, « le pays d’où est parti l’épidémie actuelle » et où « la France est très présente depuis le départ ».

« Notre mission consistera à nous mettre à la disposition du ministère de la Santé guinéen pour faire un point de la situation et voir ce qu’ils attendent de la France en terme de conseil, d’expertise et d’appui », a pour sa part déclaré le Dr Antoine Perrin, chef de la première mission.

Mme Touraine a également profité de l’occasion pour souligner que la France restait pleinement mobilisée face à Ebola, alors même qu’aucun cas avéré n’a été « repéré sur le territoire national » à ce jour. « Il y a eu plusieurs cas sur lesquels des interrogations existaient mais les doutes ont été levés très rapidement », a-t-elle précisé.

Interrogée sur la recommandation du gouvernement à la compagnie Air France de suspendre « temporairement » sa desserte de la capitale de la Sierra Leone, Freetown, la ministre a précisé que la situation « sera réévaluée régulièrement », en fonction de diverses données, comme la qualité des contrôles à l’aéroport ou la prise en charge des malades. « Il ne s’agit pas de mettre en danger l’approvisionnement des soignants », a-t-elle ajouté.

La réserve sanitaire de l’Eprus est composée aujourd’hui de plus de 1.600 professionnels de santé. Les réservistes peuvent être mobilisés en cas de catastrophe sanitaire sur le territoire français mais ils peuvent également intervenir à l’étranger dans le cadre de crises touchant les Français de l’étranger ou dans le cadre de l’action humanitaire d’Etat.

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus