Ebola :Le mépris d’un Prémier ministre envers les medecins et autres acteurs de la course

Fuite en avant, immobilisme, irresponsabilité. C’est la voix que des <<experts>> et d’autres membres  tapis dans l’ombre au regard d’un constat alarmant du mépris de l’actuel chef du gouvernement face au virus tueur et aux différentes commissions nationales installées à cet effet.
Depuis l’annonce de cette fièvre hémorragique à virus  ébola en janvier au sud du pays la démarche de notre premier ministre est
audacieuse, à défaut d’être convaincante.
Mais elle cultive surtout en l’encourageant un principe fondamental qui est en totale contradiction avec la démocratie : l’irresponsabilité, le mépris envers son peuple en détresse….
Comment demander au président de la République de fermer les yeux sur des cas probants de défiance politique opposés à certains de ceux qui sont en charge de traduire en actes sa vision au quotidien auprès des populations que lui-même est censée servir ?
De nos jours selon certaines sources médicales, la Guinée a enregistré  523 cas d’Ebola dont 380 décès.

Face à ce tableau sombre ,des commissions nationales sont à pied d’œuvres pour limiter les dégâts collatéraux de ce virus tueur d’où les résultats ‘’encourageant’’ ces derniers temps.
Malgré ces victimes, ces efforts déployés par les différentes commissions nationales et des médecins au bénévolat à l’intérieur du pays, notre Said Fofana se plonge dans un mutisme inquiétant, révoltant et parfois ressemble à un mépris total envers les médecins traitant et ceux déployés dans la course.

A ce jour, aucun local adapté pour la circonstance n’a reçu une seule fois la simple visite de courtoisie de notre Mohamed Said Fofana.

La pure désolation est du quotidien dans ces centres qui manquent de tout soutien moral des autorités de l’autre côté.

Sans doute, il y a quelque chose de vrai à tenir en compte : le message d’immobilisme, le gagne pain personnel, le mépris serait les causes réelles de cet abandon des médecins et autres acteurs face à ce virus tandis que ces guinéens continuent à mourir, ces médecins exposés au danger et dans le bénévolat selon les constats du terrain.
On ne peut être à la fois réceptacle d’une idée d’émergence qui structure désormais l’avenir du pays, et symbole de ce qui peut être
la sanction électorale contre le régime.

Autorités du haut lieu !

A bon entendeur salut……

Yousouf Kourouma pour www.actuconakry.com

Tel : 00224 631 63 63 87

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus