Yomou : AFFAIRE DE DETOURNEMENT DE 269 MILLIONS DE FRANCS A LA MAIRIE : Les coupables sont-ils aux arrêts ?

 Suite à une inspection passée dans la localité un détournement de 269 millions a été découvert dans les caisses de la commune de Yomou.

Depuis cette découverte, une véritable chasse à l’homme est déclenchée par le premier magistrat de la localité pour dit-on situer les responsabilités.

Pour le préfet de Yomou Mr Jean Smith Sandy , le maire Fama Doualamou actuel serait le seul et unique responsable de cet détournement et ainsi, il prend la décision suivant l’arrêté 016/PY/1414 qui suspend l’actuel maire de la commune pour faute lourde et est remplacé par son adjoint.

Une décision qui fait couler assez d’encre et de salive au niveau de l’Association Nationale des Communes de Guinée et au niveau du ministère de l’Administration.

Suite à cette décision, l’association Nationale des Communes de Guinée interpelle le ministre Alhassane Condé de l’abus d’autorité du préfet de Yomou qui, selon les codes ne doit pas suspendre un élu du peuple pour fautes lourdes.

Pour une gestion collective, pourquoi seul le maire est visé  de détournement des 269 Millions par le préfet Jean Smith Sandy ?

De nos investigations, le cas de détournement des 269 Millions de nos francs touche tous les conseillers municipaux de Yomou selon le document du compte de Gestion déposé au ministère des finances dont nous disposons copie.

Dans ce dit document, tous les conseillers municipaux de Yomou sont signataires et d’office deviennent comptables des faits de détournement selon les codes et textes en vigueur.

Imbroglio autour d’une décision préfectorale : face à cette décision unilatérale de monsieur le préfet de Yomou et l’interpellation de l’association Nationale des communes de Guinée, le ministère en charge de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation prend des mesures contraires à celle du préfet. Il s’agit de rétablir le maire dans ses fonctions et organisé une contre inspection.

Pourquoi rétablir le maire dans ses fonctions et une contre Inspection pour quelle fin ?

Du côté du ministère de l’administration territoriale, il est impensable et inadmissible qu’il ya  durant 3 années successives des cas de détournement des montants aussi considérables  dans une commune sans qu’un conseiller ne signale ou met le maire devant une juridiction compétente.(complicité avérée)

C’est la raison pour laquelle, nous avons examiné le dossier et suivant l’entretien avec le gouverneur de la région Mr Lancei Condé , on a jugé nécessaire dans un premier temps de rétablir le maire dans ses fonctions et dans un deuxième temps organiser une contre inspection déclare un haut responsable de la direction nationale de la décentralisation.

Si le rapport de la contre inspection approuve les faits de détournements et autres délits dénoncés par le préfet, il aura une suspension du maire par  le ministre pour une durée de 3 mois et après cela, une proposition d’un  décret de révocation du maire sera présentée au président de la République selon les dispositions et codes poursuit notre haut responsable.

Véritable cacophonie autour d’une décision préfectorale à Yomou :

Suite à la décision d’annulation du ministre Alhassane Condé de celle du préfet, l’adjoint au maire qui devenait maire selon la décision du préfet monte au créneau et mobilise les autres conseillers pour protester contre la décision du ministre.

Le préfet joint au téléphone parle du respect de la voix du peuple car ces élus locaux sont les représentants du peuple et ne veulent plus de ce maire.Cette stratégie du préfet masque -t-elle une combine inavouée?

Selon les informations percutantes,la décision du préfet serait la résultante d’un règlement de compte entre le maire destitué et l’actuel préfet qui serait en étroite collaboration avec l’adjoint pour ce cas de figure.

Pour le moment, c’est un calme précaire qui règne dans la commune de Yomou où on l’on peut croire selon certaines langues à la mise en place d’une délégation spéciale afin de préserver les ressources de la collectivité.

Véritable combat mercantiliste :La lutte aux intérêts personnels prime sur le détournement des 269 millions de  francs(l’argent du contribuable guinéen)

Nous Y reviendrons !

Alphonse Théa pour www.Actuconakry.net

Tel : +224 631 63 63 87 / E-mail : actuconakry@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus