COLÈRE DES ÉLÈVES APRÈS LA MORT DE MOUSSA MARA:Je mets quiconque au défi de prouver qu’un membre de sa famille a payé deux(02) millions pour cette opération: FATOU SIKHE D.H DONKA

 

Des élèves du lycée de Donka ont manifesté ce matin leur colère contre le décès de leur camarade à l’hôpital national de Donka. Hospitalisé là depuis quelques jours, cet élève est décédé ce mercredi matin puisque des soins appropriés ne lui seraient pas donnés, selon une source proche du Lycée Donka.

Cependant dans le souci d’équilibré les informations, votre canard s’est approché de la Direction de l’hôpital Donka pour recueillir leur version des faits.

Hadja Fatou Sikhè CAMARA , la directrice de l’hôpital Donka  s’est prêter aux questionnaires des journalistes ci présents pour en savoir plus.

Lisez plutôt.

Quels sont les dégâts matériels enregistrés suite à la révolte des élèves du lycée Donka ?

Hadja Fatou Sikhè CAMARA : En ce qui concerne les dégâts matériels enregistrés,vous avez au réez de chaussée du bâtiment de ma direction le bureau des archives ,de télé médecine,les portes d’entrées etc. tout a été vandalisé et violenté  par les élèves du lycée Donka,cela nous préoccupe bien sûr mais on fait acte

Nous regrettons du fait que ces futurs cadres du pays s’attaquent à un hôpital, nous ne devons plus résoudre nos problèmes par la violence, nous ne devons plus trouver nos solutions aux problèmes par la violence.

Que savez-vous du cas de ce patient malheureusement décédé ?

Après toutes les investigations, surtout que les personnes concernées n’ont pas eu de problèmes avec les médecins de l’hôpital Donka.

Je rappelle ici qu’habituellement nous sommes informés des difficultés financières des parents  pour soigner leur patient  soit par mes services ou les parents eux-mêmes qui me trouvent vers 19 heures ou 20 heures pour m’exposer ces cas sociaux. Je dénombre parfois une centaine de cas et des dizaines de cas de personnes en difficulté et sur place, nous exploitons toutes les pistes pour venir en aide afin de soigner les patients concernés.

Par rapport à cet enfant Moussa Mara malheureusement décédé, j’avoue s’il ya eu problèmes au départ, mon service allait m’ informé comme d’habitude ou la famille aurait cherché à me rencontré surtout que mes portes ne sont jamais fermées pour ces cas pareils

Quand cet enfant venait à l’hôpital, il n’a jamais été prit en charge par ses collègues élèves, tous les malades qui arrivent  ici sont prit en charge par une tierce personne ou parent mais identifié à l’hôpital dans le registre.

Que répondez-vous aux jeunes élèves qui accusent le médecin d’avoir demandé 2 millions pour les soins ?

Nous avons fait des investigations de ce côté, aucune de ses question nous a été parvenue, je ne sais pas quel est ce médecin qui a communiqué avec ces élèves pour leur demander deux(2) millions ou du sang?

Je vous réaffirme que ce malade nous été envoyé par son tuteur et non ses collègues élèves.

Au-delà, Donka est un grand hôpital avec des professionnels de santé.

Son tuteur que j’ai approché me confiait ceci : c’est un enfant qui a joué au football et a reçu un coup sur l’abdomen pendant un match amical qui est resté longtemps ( quelques jours) avec ce coup violent et un jour son tuteur le demande qu’as-tu ces derniers temps ?

C’est ainsi par les conseils de ce dernier que le Pr Biro Diallo chirurgien chef à l’hôpital Donka et d’une trentaine d’années d’expériences a reçu l’enfant et son tuteur.

De là, le Pr Biro Diallo découvre qu’il a saigné d’une hémorragie interne pendant quelques jours

Après les premières consultations Pr Biro voit qu’il avait une tuméfaction et l’enfant semblait trop fatigué,le chirurgien fait des examens (échographie etc..)et procède à l’intervention chirurgicale avant-hier.

Je mets quiconque au défi de prouver qu’un membre de sa famille a payé deux(02) millions de nos francs pour cette opération et quand ils ont commencé l’opération, c’est le pus qui a jailli, donc il avait déjà eu cette hémorragie qui s’est infectée.

Avec le pus dans notre pays ce n’est pas évident de le soigner et même dans d’autres pays.

C’est ainsi que l’enfant est mort et la famille n’a pas prit cette mort dans le mauvais sens comme le font ces élèves de Donka.

C’est après l’annonce du décès que,ses collègues se sont fâché et ont commencé à jeter des pierres vandalisant ainsi  certains locaux de l’hôpital sous prétexte que leur collègue est mort par manque de soins.

C’est quand j’ai été voir certains élèves blessés durant leur opération de casse au sein de l’hôpital que j’ai rencontré la famille du défunt à l’urgence de Donka.

En réalité la famille du défunt n’a pas de problème avec l’hôpital, ni le médecin traitant, cette famille s’est entretenue avec le ministre de la santé et la famille reconnait devant l’opinion nationale que cette mort est due au retard accusé pour venir à l’hôpital et donc elle n’a aucun problème avec l’hôpital.

Son oncle a même dit au surveillant de l’établissement de trouver autres lapsus pour manifester et caillasser ceux qu’ils veulent  mais d’épargner ce cas présent de leur démarche.

De toutes les façons c’est une victime, nous sommes entrain de géré afin d’accompagner le corps à Faranah.

Je rappelle qu’il n’y a même pas eu besoin de sang car l’enfant n’était pas dans ce besoin comme avancent ses collègues du lycée Donka.

Pour terminer ,je rappelle encore une fois à la jeunesse Guinéenne que nous ne devons plus résoudre nos problèmes par la violence, nous ne devons plus trouver nos solutions aux problèmes par la violence.

A retenir que le médecin traitant Pr Biro Diallo aussi contacté se dit sidéré quand il apprenait que 2 millions aurait été demandé à la famille du défunt,c’est faux rétorque le patron de la chirurgie de l’hôpital Donka

Entretien réalisé par Alphonse Théa pour www.actuconakry.net

Tel : +224 631 63 63 87 :E-mail : actuconakry@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus