Djibril Bangoura ‘’LEVIA’’ Candidat du RPG Arc-en-ciel à Kaloum denonce les magouilles du juge Mangadouba SOW et ses accolytes

Dans cet entretien, Mr Djibril Bangoura communément appelé Levia lève un toile sur les magouilles et autres affairismes du juge ,président de la commission de centralisation des résultats à Kaloum,lisez

1-   Monsieur Bangoura, comment avez-vous mené votre campagne dans la commune de Kaloum ?

Levia : Je voudrais commencer par remercier, l’ensemble de la presse guinéenne en général et très particulièrement, votre organe, non seulement pour l’intérêt accordé à ces consultations qui marquent la fin de notre transition politique, mais aussi, pour l’honneur que vous me faites de m’exprimer dans vos colonnes.

Ceci dit, le RPG Arc-en-ciel auquel j’appartiens, est un des partis qui a une longue culture électorale. Notre campagne a été placée sous le signe de la réconciliation nationale et du renforcement du tissu social beaucoup éprouvé ces dernières années, par le fait de certaines personnes mal intentionnées. Notre coordinatrice nationale, tête de liste, Hadja  Natènèn KONATE pour laquelle, je reste très reconnaissant, a donné pour consignes : une campagne de proximité sans violence et festive. Ce qui fut fait à Kaloum. Et de l’avis général, sur le terrain de la mobilisation et de la persuasion, nous avons été les seuls en vue.

2- Selon le résultat provisoire de la CENI, vous avez perdu la députation à l’uninominal de Kaloum. Quel commentaire faites-vous ?

Levia : vous savez très bien ce qui s’est passé. Les résultats provisoires publiés par la CENI, ne sont que la copie conforme de certains manquements graves et je dirai mêmes, entorses au code électoral.

En effet, il est à retenir que face à certaines insuffisances constatées, la CENI a refusé de recevoir dans un premier temps, au Président de la commission administrative de centralisation de Kaloum, un certain Mangadouba SOW, les résultats de Kaloum. Motif, transmission que d’une seule enveloppe scellée, ceci, en violation du code qui prévoit trois(03). C’est-à-dire, une (01) pour la CENI aux fins de totalisation provisoire des résultats ; une (01) autre pour le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) ; et une(01) dernière à l’attention du premier Président de la Cour suprême, Président de la chambre

administrative et constitutionnelle, chargée des contentieux en vue de la proclamation définitive des résultats de l’élection.

Ainsi, face à ce refus catégorique de la CENI, motivé par le respect des dispositions légales, l’équipe de SOW, sollicitera de nouveaux imprimés de PV de centralisation pour encore reproduire, une autre maladresse. Elle transmet à la CENI, des résultats, où, à l’uninominal, les suffrages exprimés ne correspondent pas au nombre de voix par candidat. Gentiment interpelé par Monsieur le Président de la CENI en personne, invitation sera faite à Monsieur SOW, d’aller revoir ses chiffres qui ne concordaient pas.

Acte final, en compagnie de ses acolytes (dont le  nommé N’faly Aribot, rapporteur de ladite commission de centralisation des votes de Kaloum). Mangadouba SOW, se sachant découvert, et très bouleversé, sollicitera encore des autorités de la CENI, d’autres imprimés de PV de centralisation. En outre, demandera avec insistance qu’il lui soit permis de parachever en toute tranquillité son œuvre au siège de la CENI à la Camayenne. A cette troublante requête, motivée selon SOW, par des risques de représailles des populations, la CENI, par le biais de compromis, affectera à son équipe, l’une des villas de la cité des nations (précisément la villa N°15). Il sied de signaler que des renseignements obtenus, les populations alertées étaient fermement décidées à faire respecter leur volonté massivement exprimée dans les urnes, face aux desiderata d’un magistrat acquis à une cause. Cette  délocalisation des travaux, de la Mairie de Kaloum a la villa 15 et la restriction de la commission de centralisation, ramenée a cinq (05), c’est à dire sans la présence des délégués  de partis et sans observateurs, ont été le climat dans lequel s’est opéré ce qu’il est convenu d’appeler le résultat erroné de Kaloum.

Aussi, tout porte à croire, la forte collusion du Président de la commission avec certains membres (en conflit d’intérêt : cas de N’faly ARIBOT) frappés d’incompatibilité, eu égard, l’article 69 du code électoral qui dispose clairement : « la CENI désigne les présidents et les membres des bureaux de vote parmi les électeurs de la circonscription concernée, à l’exclusion des candidats et des membres de leurs familles… »

C’est dans ce climat très délétère emprunt de suspicion, où, nulle chance n’a été laissée au triomphe de la vérité des urnes et en violation du code électoral, qu’il sera procédé, le retrait non justifié de plus de trois mille deux cents (3200). Sont concernés par cet acte arbitraire, le PV du BV 18 de Manquepas et les voix non prises en compte d’Almamiya 2.

En somme, il n’a échappé à personne que tout cela a été rendu possible par la contribution notoire et la farouche détermination du rapporteur N’faly ARIBOT, grand frère utérin, de Baidy Aribot.

Voilà les faits relatés dans leur nudité. A vous d’en tirer les conclusions, mais pour nous au RPG Arc-en-ciel, le respect des lois de la république est une valeur

cardinale, à cet effet, nous avons formulé des recours et  sommes confiants des issues de nos actions devant les institutions habilitées à vider le contentieux. In cha allah ! Les Kaloumka seront rétablis dans leurs droits.

1- Votre adversaire serait mêlé à beaucoup de sombres affaires y compris de détournement. Pensez-vous que ses électeurs se sont trompés de candidats pour la commune de kaloum?

Levia : les Kaloumka ont fait leur choix et ils seront rétablis dans leurs droits très bientôt.

Quant aux démêlés judiciaires de ce dernier, je pense que ce ne sont pas mes oignons et ça ne m’intéresse pas. Ce que je sais, il ya eu beaucoup d’argents qui ont circulé et qui continuent à être distribués. Notre jeune démocratie portée par nos braves populations, mérite meilleur traitement que ces images que nous refoulons tous.

2- Il semble qu’il ait eu beaucoup d’anomalies dans la circonscription de Kaloum. Quelle a été votre réaction après la déclaration des observateurs internationaux sur les anomalies relevés lors des législatives du 28 septembre dernier ?

Levia : les renseignements en ma disposition, font état de plusieurs urnes non scellées bourrés de bulletins de Baidy Aribot, saisies tard dans la nuit même du 28 au 29 septembre 2013 à la commission de centralisation à la Mairie de kaloum. Au nombre de dix(10), le cas le plus illustratif est celui imputable au sieur Cheik TOURE. Celui-ci a même été soumis aux interrogations de Madame Djenebou CAMARA, Commissaire de la CENI, présente sur les lieux au moment des faits. Le mal, est que ce dernier fut libéré sans commune mesure, avec la complicité des services de Sécurité en poste, sous le fallacieux prétexte, qu’il n’ya pas de centre de détention à la disposition de la FOSSEL. Voici, encore des dysfonctionnements auxquels nous devons vite parer.

Au titre d’autres anomalies, ce qui est nouveau et qui préoccupent les démocrates que nous sommes, c’est le vol ou la disparition sans trace dans certaines circonscriptions, des urnes, des PV et autres matériels électoraux. Voilà des comportements que nous nous devons de réprimander fortement pour de bonnes élections à l’avenir.

En ce qui concerne l’avis des observateurs internationaux, qui ont d’abord salué la maturité de notre peuple, il faut reconnaitre avec eux, que malgré la volonté affichée du gouvernement qui n’a rien ménagé pour la tenue des élections libres et transparentes, indépendamment de sa volonté, ils existent  quelques points noirs délibérément commandités par les pseudos leaders qui composent notre opposition radicale.

1-  Jeudi dernier, nous avons suivi votre déclaration demandant vos électeurs de rester calme. Pensez-vous que vous avez réellement remporté le scrutin uninominal à Kaloum ?

Levia : nous sommes des républicains au RPG Arc-en-ciel, nous avons formulé des recours à l’attention de la cour suprême et avons l’intime conviction que nous seront entendus. Pour le rayonnement et l’enracinement de notre jeune démocratie, il faut absolument que chaque institution joue le rôle qui est le sien. Personnellement, je crois en notre justice, même si elle reste encore souillée par le fait de certains magistrats corrompus et dévoyés. Mais cela, n’est pas l’apanage de ce corps social, véritable rempart de la paix et de la cohésion sociale. Il ne faut pas les lancer de pierre, notre justice est entrain de faire sa propre mue. Avec le changement prôné et incarné par le Professeur Alpha CONDE, premier Président démocratiquement élu de la Guinée, nous avons le droit d’espérer. Nous attendons sereinement qu’on nous rende justice.

2-Quelle est aujourd’hui la position du directoire du parti à Kaloum ? Et que comptez-vous faire ?

Levia : nous sommes sereins et imperturbables. Restons fidèles à la ligne du parti et inscrivons nos actions dans les recours  formulés par notre formation politique.

3-Monsieur Bangoura, un dernier message à l’endroit de vos électeurs.

Levia : nous avons voté, cela est une première victoire, l’image de démocrate convaincu de notre Président de la République, le Professeur Alpha CONDE  a été de nouveau auréolée, cela est une autre victoire mais, la plus grande victoire c’est que notre nation, avec ce vote historique, a prouvé à la face du monde qu’elle est mature et profondément attachée à la démocratie.

  Un mot, c’est: la R-E-N-A-I-S-S-A-N-C-E, « Guinea is back ».

  Je salue tous vos lecteurs et demandons à nos électeurs et militants, de se tenir prêt, pour fêter notre victoire. Merci a bientôt !

La Rédaction

Tel : +224 622 56 56 67

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus