ARNAQUE POLICIERE A CONAKRY : LE PIRE EVITE !

0 12

Depuis quelques temps un dispositif impressionnant de policiers meuble les grands carrefours de Conakry notamment : Matoto, Enco5, Donka, lambanyi,Enta etc. . Tout grade confondu, ces policiers composés de la CMIS(compagnie d’intervention mobile),sapeurs pompiers etc s’éloignent de leur objectif respectif et deviennent tous police routière au profit des miettes. Aux heures de pointe, les usagers de la route sont généralement rançonnés par les policiers, tel est le constat observé ces derniers temps par les citoyens de la capitale.

Mais le cas le plus marquant reste celui de la cité Enco5 où un jeune N’famara Soumah excédé par le geste inhumain d’un haut gradé de la police de surcroît un colonel  a voulu mettre fin à sa vie.

Selon lui « je suis venu acheter des gangs sur conseil du médecin préparé l’accouchement de ma femme qui est déjà à l’hôpital.

Entrain de pousser ma moto sur le trottoir, soudain ce colonel de grade se pointe à me réclamant la clef de ma moto. Surpris, je le rappelle à la règle en le disant que l’agent demande d’abord les papiers et ensuite voir s’il peut immobiliser l’engin ?et enfin je le dis, mon colonel ,voici des gangs pour ma femme et on m’attend à l’hôpital.

Très offusqué de cette réponse, le colonel intimide aux brigadiers chefs de faire rentrer ma moto dans la cour et qu’il s’en fiche de l’Etat de ma femme.

Soudain, le jeune très remonté part acheté de l’essence pour dit-on mettre fin à sa vie et que cesse enfin cette arnaque policière en guinée.

Aspergé d’essence N’Famara Soumah a eu la vie sauve grâce au secours du monde qui observait la scène entre les policiers et le jeune motard.

Des propos hostiles aux comportements des policiers étaient sur toutes les lèvres des marchands ambulants et autres passants hier soir dans les environs de 19 heures.

Contacté, le colonel qui avait déjà fuit de la partie n’a pas souhaité s’exprimé sur le dossier en nous disant que le motard a été très nerveux et a vite réagit.

Ce n’est pas tout, circuler à Conakry de nos jours relève d’un combat de titan, les policiers sont regroupés comme des fourmis dans les grands carrefours.

Les citoyens sont rançonnés et arnaqués par ces brigadiers, des lieutenants, des capitaines et parfois des colonels de la police de la CMIS, des sapeurs pompiers, et l’on se demande qui relève de la police routière à Conakry ?

L’actuel ministre de la sécurité qui habite la haute banlieue (Enta) ne pourra pas dire le contraire, car observe de près ce regroupement de ses hommes au carrefour de son quartier Enta jusqu’à Colèyah son bureau.

C’est pour vous dire, que la reforme de la sécurité doit forcement passer par la direction de la police routière aussi.Et que TROP c’est TROP !

Kaba Fanta pour www.actuconakry.net

Laisser un commentaire