Formation des auditeurs de justice militaire guinéens

0 13

La formation des auditeurs de justice a commencé ce mercredi 10 juillet 2013 à Conakry. C’est l’école nationale de gendarmerie de Sonfonia qui a servit de cadre au lancement officiel des activités de cette formation.

Ils sont aux totaux 27 militaires venus de tous les corps de l’armée,à participés a la formation. Il s’agit de l’armée de terre, de l’armée de l’air, de l’armée de mer et de la gendarmerie nationale. L’équipe
est composée comme suit : deux colonels, cinq lieutenants-colonels, huit commandants, neuf capitaines et trois sous lieutenants. La formation s’inscrit dans le cadre de la mise en place du tribunal militaire, l’une des recommandations  de la reforme du secteur de défense et de sécurité. Après une formation de deux mois, ces auditeurs de justice, s’occuperont du dossier des militaires qui ont commis des infractions d’ordre militaires ou des militaires qui ont commis des infractions de droit commun.
Dans son discours de bienvenue, le directeur de l’école nationale de gendarmerie de sonfonia a affirmé que son département mettra tout en œuvre pour la réussite de la rencontre. Lieutenant colonel Saidou Boiro, a invité les participants a accordé plus de sérieux a cette formation qui s’agit de la mise en place du tribunal militaire.
Colonel Banfa Condé, secrétaire général du haut commandement de la gendarmerie nationale, direction de justice militaire explique qu’il est temps d’établir la discipline dans les forces armé. Il ne manquera pas de statuer qu’en plus du caractère dissuasif  de ce tribunal, sa mise en place permettra de mettre fin à l’impunité dans les rangs, mais surtout de permettre de faire comparaitre les militaires, devant une juridiction en rapport avec leur statut. En invitants les participants, il leur a fait part de l’importance que le président de la république le professeur Alpha Condé et lui-même accordent  a cette formation.
Au terme de leur formation, ces magistrats doivent se pencher sur un certains nombre de dossier au dire de Saidou Diallo, directeur du centre de formation documentation judiciaire, sans donné plus de
précision sur ces dossiers.
Sata Diakité Journaliste guineeinfos.org

 

Laisser un commentaire