L’impératif de transparence de l’Afrique

0 8

LE CERCLE. par Alpha Condé – Comme beaucoup de pays africains, la Guinée possède de vastes richesses minérales, les plus grandes réserves mondiales de bauxite et des gisements de fer, de haute qualité, non exploité. Pour que la réalisation de ces actifs serve mieux tout notre peuple, il va falloir faire face à la corruption profondément enracinée dans notre culture politique et dans des affaires.

En décembre 2010, j’ai été élu président de la République de Guinée dans les premières élections véritablement ouvertes et démocratiques de mon pays.

Lorsque je disais que j’avais hérité d’un pays, pas un état, notre économie était en ruine, notre peuple parmi les plus pauvres de la planète et notre système politique affaibli par des décennies de corruption, de dictature et de mauvaise gestion.

Il ne doit pas en être ainsi. La Guinée possède de vastes richesses minérales, les plus grandes réserves mondiales de bauxite et des gisements de fer, de haute qualité, non exploité.

Pour que la réalisation de ces actifs serve mieux tout notre peuple, plutôt que des sociétés minières et des politiciens sans scrupules, il va falloir faire face à la corruption profondément enracinée dans notre culture politique et dans des affaires. Ce chemin peut être très lent, et parfois dangereux car les défis ne sont pas les bienvenus pour des intérêts mal acquis.

Des acteurs rogues font un préjudice disproportionné dans un pays comme la Guinée,  d’autant plus qu’ils ne le font dans les pays développés. Le manque de transparence et la corruption dans le monde des affaires ne signifient pas seulement le manque de concurrence et les taxes non rémunérées. Il ronge le processus politique, compromet des principes de base démocratique et sape notre démocratie en évolution. Il ralentit le changement et laisse la porte ouverte à la frustration et à un type de tension politique, et de violence regrettable qui a récemment attristé notre pays avec des décès tragiques.

Le samedi, je vais rejoindre David Cameron à Lancaster House à Londres pour la conférence du G8 sur le commerce, la transparence et les taxes. Le défi que la Guinée veut relever maintenant reflète l’ordre du jour de G8. Les pays du G8 veulent voir des entreprises multinationales s’exploiter  par les règles du jeu, être plus transparentes sur la façon dont elles font des affaires et paient leurs taxes.

Alors, je m’interroge sur certaines des critiques que mon gouvernement reçoit lorsque nous insistons sur l’examen de la légalité des contrats miniers signés sous les régimes non démocratiques et militaires. Ces mêmes voix nous ont critiqués lorsque nous avons publié tous les contrats sur internet pour que le monde entier les voit.

Mais je ne vois pas d’avenir dans les affaires douteuses du passé. Notre population est jeune, 70% ont moins de 25 ans. Ils sont avides de changement et n’ont aucun intérêt à perpétuer la vieille culture de la corruption. Leur avenir est notre espoir et notre responsabilité.

Cet avenir sera construit sur des partenariats sains entre le gouvernement et le secteur privé, qui s’engage à renforcer la démocratie et la transparence, et qui permet l’utilisation de notre richesse en ressources pour réaliser des niveaux de vie plus élevés pour notre peuple.

Nous avons déjà fait beaucoup de progrès. La Guinée a signé l’Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE), avec le Royaume-Uni, la France, l’Australie, la Norvège et les Etats-Unis. Nous développons de nouveaux partenariats de long terme basés sur l’égalité avec des sociétés minières responsables, fournir un engagement à long terme pour créer des emplois et des avantages durables de long terme pour les deux.

Ce qu’il nous faut maintenant, c’est le soutien des pays développés dans la construction d’un climat d’affaires global qui permet l’épanouissement de ceux qui respectent les règles, et la correction de ceux qui ne les respectent pas. De nombreux centres financiers du monde permettent aux prédateurs de s’échapper. Ils utilisent des entités légales (entreprises offshores) pour masquer leur identité. Ils bouclent leurs finances grâce à des juridictions offshores. Ils utilisent des cabinets prestigieux d’avocats, comptables, conseillers financiers et des cabinets de relations publiques pour se donner un faux vernis de respectabilité.

Cela a créé un effet de serre pour la corruption qui constitue une menace mortelle pour l’Afrique. La Guinée va travailler étroitement avec le FBI des Etats-Unis, avec l’OFS de la Grande-Bretagne, et avec d’autres organismes d’application de la loi pour dénoncer et extirper la fraude et la corruption qui menacent l’intégrité des marchés mondiaux tout comme la démocratie africaine.

La Guinée apprécie l’aide que nous recevons de la part des pays développés. J’espère qu’ils comprennent quand je dis pendant que nous en avons besoin, que nous n’en voulons pas. Nous voyons notre programme anti-corruption comme étant à la fois pro-business et pro-développement. Nous ne voulons pas vivre aux dépens de la charité des autres, lorsque nos ressources peuvent nous rendre prospères, sains et forts.

Quand je vais rencontrer David Cameron, je ne vais pas lui demander de l’argent des contribuables britanniques. Je vais plutôt lui demander de continuer à faire preuve de leadership sur la transparence et la bonne gouvernance dans des affaires mondiales. Une bonne opération non seulement pour la Guinée, mais aussi pour la Grande-Bretagne et tout le monde.

Les echos.fr

Laisser un commentaire