Affaire BSGR: Les anciens ministres Mahmoud Thiam et Kassory Fofana impliqués selon l’enquête américaine (source Bloomberg)

22

L’épouse de l’ancien président guinéen Lansana Conté aide les Etats-Unis à étudier si une société contrôlée par le milliardaire Beny Steinmetz a versé des pots de vin pour gagner un gisement de minerai de fer, selon une source ayant connaissance du dossier.
Mamadie Touré a aidé les Etats-Unis dans son enquête contre les BSG Resources Ltd, a déclaré la source, qui a requis l’anonymat. La Guinée a accusé BSGR d’avoir payé Touré (quatrième épouse du président Lansana Conté), et des sociétés liées à elle, 5 millions de dollars pour l’aider à remporter le titre en 2008, selon une lettre du 30 octobre par le biais d’une joint-venture locale de BSGR et vu par Bloomberg.
L’ancien ministre des Mines Mahmoud Thiam et Ibrahima Kassory Fofana, ancien ministre des Finances et de l’économie sont tous les deux impliqués selon l’enquête américaine, précise notre source. Les deux résident aux États-Unis selon Jerika Richardson, un porte-parole de Manhattan US Attorney Preet Bharara qui a refusé de commenter l’enquête.
Steinmetz, 57 ans, est la personne la plus riche d’Israël avec une valeur nette d’environ 8,5 milliards de dollars, selon l’analyse des milliardaires Bloomberg. Ses investissements dans BSG ont des intérêts dans l’exploitation minière, l’immobilier et les marchés de capitaux, selon son site internet.
“Les allégations de fraude dans l’obtention de nos droits miniers en Guinée sont totalement sans fondement”, a déclaré hier par e-mail la compagnie de Steinmetz. «Nous sommes convaincus que la position de BSGR en Guinée sera pleinement justifiée».
BSGR a nié avoir fait des paiements à Touré dans une lettre du 15 Mars au gouvernement. Nous avons cherché à joindre Monsieur Touré à son domicile de Jacksonville, en Floride mais nous n’avons pas parlé avec lui.
Kassory Fofana

Kassory Fofana, qui a dit qu’il était ministre de 1996 à 1999, a nié toute implication dans des actes répréhensibles dans le cadre de BSGR, disant: «Je ne sais rien à propos de tout paiement d’aucune sorte » s’est il défendu lorsque nous l’avons joint par téléphone à Washington. Le téléphone portable de Thiam était hors réseau et il était impossible de lui laisser un message.
Les allégations de corruption suivent l’arrestation d’un homme désigné par la Guinée d’avoir des liens avec BSGR qui était accusé d’avoir comploté pour détruire des documents et d’induire un témoin à faire un faux témoignage devant un grand jury enquêtant sur les violations éventuelles de la loi Foreign Corrupt Practices, selon une plainte pénale déposée cette semaine devant un tribunal fédéral à New York.
Entre Mars et le 14 Avril, Frédéric Cilins aurait cherché à corrompre le témoin, décrit comme étant l’ex-épouse du président Lansana Conté à remettre des documents cités à comparaître par le jury et les documents demandés par le FBI pour qu’il puisse les détruire, selon la plainte.
Toure, Conte
Elle coopère dans l’espoir d’obtenir l’immunité pour son comportement criminel aux Etats Unis. Touré était la quatrième épouse de l’ancien président Conté, décédé en 2008.
BSGR a acquis les droits d’une partie du projet Simandou, l’un des plus riches gisements de minerai de fer au monde, après que Rio Tinto Group ait été sommé par le gouvernement à renoncer à une partie de sa zone de licence. BSGR a par la suite vendu 51 pour cent de sa participation de Simandou pour Vale SA Brésil (VALE5) en 2010 pour 2,5 milliards de dollars.
L’année dernière, la Guinée a commencé sa propre enquête sur la façon dont Guernesey BSGR a pris le contrôle de la licence. La Société peut avoir soudoyé Touré pour obtenir des permis d’exploration, y compris pour les blocs 1 et 2 de Simandou, selon un responsable Guinéen chargé de l’enquête dans la lettre du 30 octobre dernier.
Le gouvernement Guinéen a fait valoir qu’il avait obtenu des informations que BSGR a payé à Toure 2,5 millions de dollars et a convenu d’un contrat avec elle pour payer encore 2,5 millions de dollars pour son aide dans l’obtention de ces accords, selon la dite lettre.

« Les actes d’accusation aux États-Unis peuvent donner le gouvernement guinéen levier précieux pour sa propre enquête sur l’affaire 2008, ce qui pourrait lui permettre de gagner des milliards de dollars en récupérant les droits et améliorer sa réputation ternie », Martin Roberts, analyste chez IHS Global Insight Ltd, a déclaré dans un rapport, ce 17 Avril.
Déballages judiciaires
BSGR a déclaré le mois dernier que la Guinée se préparait à se soustraire de sa coentreprise avec Vale de ses droits miniers dans le pays. Simandou possède un potentiel minier évalué à plus de 10 milliards de dollars.
Vale, troisième plus grande compagnie minière du monde, est «profondément préoccupé» par les allégations et a l’intention de coopérer pleinement avec les gouvernements des États-Unis et de la Guinée, a-t-elle précise dans une déclaration du 16 Avril.
Cilins, 50 ans, a été arrêté à Jacksonville le 14 Avril et fait face à des accusations de falsification d’un témoin, obstruction à l’enquête et la destruction ou la falsification de documents dans une enquête fédérale. L’accusation d’entrave passible d’une peine maximale de cinq ans de prison, et les frais de dossiers destruction passibles d’une peine maximale de 20 ans.
Frédéric Cilins

Le ministre guinéen de la Justice Christian Sow a précisé dans une déclaration du 16 Avril délivré par le bureau du président Alpha Condé que Cilins était un agent de BSGR. Allégations que BSGR a nié dans un communiqué. La société a déclaré dans un communiqué, envoyé par courrier électronique que Cilins n’était pas l’un de ses 6.000 employés.
L’enquête fédérale du grand jury concerne les transferts d’argent aux États-Unis à partir de l’extérieur du pays dans le cadre d’un plan visant à obtenir des concessions minières en Guinée, notamment dans la région de Simandou, selon la plainte.
Après la prise du pouvoir par la junte militaire à la mort de Conté, BSGR faisait régulièrement des paiements aux hauts gradés de de l’armée à travers Thiam, le ministre des mines de l’époque, selon la lettre du 30 octobre.
Steinmetz, un résident suisse avec la double nationalité française et israélienne, a commencé sa carrière dans le commerce des diamants de la famille, Steinmetz Diamonds, qui fournit des pierres brutes et polies par les installations au Botswana, en Afrique du Sud, la Namibie et New York.
Source : Bloomberg (Agence américaine)
Traduction: Guinee58

Standard de www.actuconakry.net :+224 622 56 56 67

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.